Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
UFO Conscience

Le récit d'un capitaine de navire qui a vu un OVNI en 1672!

3 Juin 2013 , Rédigé par Olivier de Sedona

tld9bus72gt4CFtB.png

 

Archives du Service Hydrographique de la Marine – Parmi les documents concernant l’Astronomie se trouve cette observation en vieux Français et en langage moderne :

 

Dans la Manche, le 8 février 1672 à 13 :00.

Récit d’une estoille qui m’est apparue  le huictiesme février 1672, à une heure après mydy.

 

Un lundy a une heure après mydy le huictiesme février 1672, estant dans la Manche, par le temps du monde le plus serain, s’est apparue a nous une estoille au dessus de nostre teste, environ de la longueur de quinze pieds. De là est allée tomber du costé du nort, lessant une fumée qui s’est formée en deux navirs avec chacun leurs deux huniers et la mizène et leurs grandes voilles serrés et envergés, ayants touts deux le devant au sus. Celuy du nort  estoit plus grand que celuy du sus. Et, comme ils alloient aynsy , ils se sont séparés environ de quatre pieds de large l’un de l’autre, au milieu desquels s’est formé un autre navire, paroissant plus gros que les autres, tout noir, nous monstrant le derrière et tournant le devant au nort, sans aucune voille, mais pourtant garny de ses mas, vergues et cordages, comme s’il avait esté à l’ancre. Ce qui nous a paru l’espace d’une grosse demy heure. Et puis après, s’estant point ensemble, se sont dissipés en allant du costé du sus, sans en lesser aucune marque.

La chose est véritable, comme il y a un Dieu au ciel. Pour preuve de quoy j’ay signé.

Isaac Guiton

 

Capitaine du Gd Henry de Bourdaux arrivé à la Fosse mardi, chargé de vin le dixième mars.

Pour information: La Fosse est à Nantes.

 

 

Interprétation du texte en langage moderne:


Récit portant sur une étoile qui m'est apparue le 8 février 1672, à 13 h 00


Le lundi 8 février 1672 à 13 h 00, alors que nous étions dans la Manche, par beau temps, une étoile est apparue au-dessus de nos têtes, d'une longueur d'environ 4 m (*).

De l'emplacement de l'étoile, est descendue, vers le nord, une fumée qui s'est transformée en deux navires avec chacun leurs deux huniers (petites voiles) et la misaine (grande voile sous les huniers) et leurs grandes voiles serrées et envergées (voiles attachées à une vergue) et ayant tous deux leur avant dirigé vers le sud. 

Celui plus au nord, étant plus grand que celui plus au sud. Et comme ils se déplaçaient ainsi, ils se sont, ensuite, séparés d'environ 1 m 20 permettant à un autre navire, paraissant plus gros que les deux autres, tout noir, d'apparaître au milieu. Il nous montrait l'arrière, l'avant étant tourné vers le nord. Il n'avait aucune voile et pourtant il possédait tous ses mats, vergues et cordages comme s'il était à l'ancre. L'observation a durée une grosse demi-heure. Ensuite, les navires, séparément, se sont dispersés en allant vers le sud sans laisser la moindre trace.



Remarque:

Les valeurs des mesures données dans ce témoignage, sont des mesures apparentes estimées par l'observateur depuis le pont de son navire.

On peut interpréter la description des objets par la seule référence qu'avaient les gens de l'époque à savoir les navires. Pour ce qui est du troisième navire, les mats, vergues et cordages sont probablement des antennes. Il en va certainement de même pour les deux autres "navires" puisque les voiles sont supposées exister sur leur mat mais pas visibles (elles étaient serrées en vergues)


(*) En 1672, le Pieds Français valait 297,769 mm soit pour 15 pieds une équivalence en mètres = à 4 m 466

 

Source: Michel Turco et les archives du service hydrographique de la Marine

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article